meta name="keywords" content="institut, états jaunes, jean-baptiste de La Salle, frères des écoles chrétiennes, supérieur général, notices, statistiques, emplois, élèves, classes, écoles"> Les états jaunes : ressource documentaire sur les écoles

Les "états jaunes" : sources documentaires

Février 2014

Un document administratif de l'Institut

Quel chef d'établissement n'a pas envoyé au Rectorat les statistiques de rentrée ?

De même, depuis sa reconnaissance en France (1808), l'Institut devait fournir chaque année un tableau statistique sur les écoles, par département, – et par pays, dès qu'il s'est développé à l'étranger. Pour cela, à chaque rentrée scolaire, le Frère Directeur doit transmettre, au Centre de l'Institut, l'état de sa "maison" (communauté et école)

En 1865, le Frère Philippe, Supérieur général, envoie pour cela deux exemplaires sur papier jaune pour cet "état administratif et statistique". Et depuis 1873, cet "état jaune" porte la date du 31 décembre.

Un exemplaire de chaque maison est expédié à la Maison Mère et vérifié par le Secrétaire général : le tout est conservé et relié en gros volumes ; de 1 à 3 volumes par année, selon les époques.

Ces précieux volumes ont échappé à la destruction lorsque la Maison Mère a dû quitter Paris pour Lembecq-lez-Hal, en Belgique, en 1905. Et ils sont arrivés "Via Aurelia" quand elle s'est installée à Rome en 1936.

Il arrive aussi que des "états jaunes" aient été conservés dans les maisons (c'est pour cela qu'il y avait 2 exemplaires), d'où ils sont parfois venus grossir les archives des Districts : ceux qui sont disponibles aux archives lasalliennes de Lyon en sont le résultat.

Un écho de l'histoire de l'Institut en France

Au début, les indications sont nombreuses.

  • Sur le recto, avec le nom de la ville, de la communauté et l'adresse, figure la liste des Frères (nom de religion, nom civil, date de naissance, vœux et diplôme d'enseignement) ;
état jaune recto haut état jaune recto bas
  • au verso : le nom de religion est repris, avec l'indication de l'emploi (la classe effectuée, le nombre d'élèves de cette classe, ou bien la fonction de directeur, d'économe ou de retraité) ; s'y ajoute éventuellement l'indication (avec le nombre de participants) de cours d'adultes, de réunions de groupes de piété ou d'anciens élèves, ou d'autres activités du même genre.

état jaune verso haut

Les formulaires évolueront rapidement avec la laïcisation des écoles communales par les lois Ferry-Goblet (1881-1886) : on demande alors si l'école fait suite à une école laïcisée et si elle est gratuite.

à partir de 1921, on demande, en plus des Frères, le "nombre de professeurs civils chargés d'une classe dans l'établissement", et les ressources de la maison n'y figurent plus. Avec l'informatisation de ces renseignements, le nombre d'élèves par classe disparaît.
L'épaisseur des registres conservés à Rome fait percevoir le développement des œuvres mais aussi les crises rencontrées :

- suppression de l'Institut en France en 1904,

- guerres de 1914-1918 et de 1939-1935 qui empêchent l'acheminement de beaucoup  d'états jaunes et obligent à remplir de pleines pages de Frères soldats.

Des données historiques annuelles précises

  • Avant 1873, on connaît la composition d'une communauté, le nombre de classes et d'élèves, voire l'adresse d'une école seulement quand l'historique veut bien l'indiquer.
  • Quand il s'agit d'identifier les Frères décédés peu après 1873 et dont on ne connaît que le nom de religion, le recours à l'état jaune peut être de grand secours, si sa notice nécrologique indique la communauté où il était l'année qui précède son décès.
  • On peut suivre avec les états jaunes les emplois successifs d'un Frère dans une maison, alors que sa grande fiche n'indique que celui de sa nomination dans la communauté.
  • Avec les états jaunes de Paris-ville, par exemple, entre 1886 et 1903, on voit progressivement apparaître des maîtres laïcs, quelquefois désignés par leur nom : au 31/12/1903, on a pu trouver le nom de 18 d'entre eux, dans les 53 maisons d'école que comptait alors l'Institut dans la capitale. Parfois, leur rémunération est indiquée, à côté de celle des Frères. Pour certains Frères Directeurs, la "Communauté" signifie la communauté éducative.

Fournis chaque année, les renseignements des états jaunes ne sont certes pas à l'abri de quelques erreurs de graphie ; mais, dans les années qui suivent, l'orthographe d'un nom propre est corrigée.

Avec un peu d'attention, nous avons, grâce aux états jaunes, une source documentaire de première valeur.

Frère Alain Houry

 

 

Tous les documents   Pour consulter les documents du mois déjà publiés.