Les archives du District d'Alger

Décembre 2017

Il y a quelques mois, une malle en fer a été retrouvée dans le grenier de la Maison de La Salle, rue de Sèvres, à Paris. Dans cette malle
étaient rangées des archives sur l'ancienne province des Frères en Afrique du Nord, désignée sous l'appellation « District d'Alger ».

Ces documents avaient été transmis à Paris par le District d'Alger pour être conservés au Secrétariat des Frères. Cette découverte, inattendue, nous permet de compléter nos sources et de mieux connaître l'histoire, quelque peu lacunaire, de cette province et des écoles liées.

Descriptif du fonds d'archives

Registre du personnel

Le fonds après reconditionnement comprend 4 boîtes, soit 0,45 mètre linéaire.

Une boîte et demie concerne l'administration du District à proprement parler et le restant concerne les établissements, notamment ceux situés en Algérie ainsi que ceux du Maroc, de la Tunisie et de l'Espagne.

Ces archives datent principalement des années 1920 jusqu'à 1963. Il existe cependant dans le fonds des copies de lettres datant du milieu du XIXe siècle, et les historiques retracent le début des institutions à partir de 1844 et leur développement dans les décennies suivantes.

Les documents présents sont surtout d'ordre administratif (correspondance, état du personnel, rapports, situation économique…). On trouve cependant les historiques des écoles, des informations sur les bâtiments (plans, construction) et aussi des photos de classe, spécialement pour l'école Lavigerie à Alger.

Ci-dessous : la classe de 8e,
de l'école Lavigerie, en 1951.

La classe de 8ème en 1951

Présentation du District d'Alger

Le District d'Alger commence en 1853 avec l'arrivée du Frère Judore (Pierre Carrière de Boneil), Directeur-Visiteur, en Algérie. Il ouvre un premier établissement à Alger avec quatre Frères.

Les écoles se développent ensuite dans plusieurs villes du pays :

  • Oran et Blida en 1854 ;
  • El Biar dans le faubourg d'Alger, Tlemcen, Constantine et Sidi-Bel-Abbès en 1855,
  • Philippeville en 1858,
  • Mostaganem et Miliana en 1859,
  • et un orphelinat à Ben Aknoun en 1868.

La guerre de 1870 – qui a un fort retentissement en France – va avoir des répercussions aussi en Algérie. Les Frères sont chassés par le maire d'Alger et cette situation se propage dans les autres localités. Les Frères sont obligés d'ouvrir des écoles dans des locaux de fortune pour continuer leur mission, aidés aussi par les parents d'élèves. Ils sont de nouveau frappés par les décrets de fermeture à partir de 1904, tout comme en France.

Le District n'était pas limité à l'Algérie : il s'est étendu sur l'Afrique du Nord et au-delà.

  • Les fondations se font dans un premier temps en Tunisie à partir de 1855,
  • puis à Malte en 1903,
  • en l'Andalousie et aux Canaries en 1909.

Il comprend aussi
 * le Maroc avec la première implantation en 1929 à Casablanca
 * puis la Haute-Volta avec l'arrivée des premiers Frères à Toussiana en 1948.

Le contexte historique

Le développement des établissements des Frères en Afrique du Nord débute à partir de 1853. Les Frères des Écoles chrétiennes sont autorisés par le décret présidentiel du 24 juillet 1852 à diriger les écoles de garçons de l'Algérie.

Ce pays désormais intégré comme territoire français explique certaines répercussions que les Frères ont subies en Algérie comme en France notamment lors d'événements politiques (la guerre de 1870-1871) ou de modifications législatives (les lois de Ferry dans les années 1880, loi anti congréganiste en 1904).

Le Frère Iris, Antoine Lauriol

Pour le cas de la Tunisie, la situation est un peu différente. Les Frères s'implantent dès 1855 par l'intermédiaire du Vicaire apostolique, Mgr Sutter. L'enseignement se faisait en italien du fait du nombre important d'enfants originaires de ces régions. Après l'établissement du protectorat français en 1881, une nouvelle école se crée.

 

 

Le Frère Iris, Antoine Lauriol,
est arrivé en Tunisie en 1875.
Il y reste jusqu'en 1935 :
60 années d'enseignement.
Il meurt à El-Biar (Alger) le 10 mars 1941.

Historique : décoration du Frère Iris

Pour le Maroc et la Haute-Volta, la présence française permet d'expliquer l'implantation des Frères qui s'adaptent aux changements de situations politiques, étroitement liés aux relations entre la République française et les pays en question.

La décolonisation dans les pays d'Afrique du Nord, entre 1954 et 1965, va amener du changement dans les écoles des Frères notamment dans leur population scolaire, au départ composée de colons européens chrétiens puis remplacée ensuite par autochtones musulmans.

Après avoir subi de nombreuses transformations géographiques dans sa composition, le District d'Alger est rattaché en 1967 au District d'Égypte. Les derniers Frères quittent l'Algérie en 1976.

Magali Devif

 

Tous les documents   Pour retrouver les documents du mois déjà publiés.

Classes et cour de l'école à Tunis


La chapelle    Une classe