Les planches de botanique du Frère Estival

Juillet-août 2017

Pierre Victor Estival : joli nom pour un botaniste !

Il est né en 1867, à Paris, dans le 9e, il était élève des Frères. Il est devenu le Frère Angel-Victor en 1882.
Il enseignera au Pensionnat de Passy, à Paris 16e, puis à Froyennes, en Belgique, où l’établissement doit se transférer à la suite de la suppression en France, en 1904, des Congrégations enseignantes.

Une fibre précoce pour la botanique

Très vite, il devient le responsable des grands élèves et enseigne dans les classes préparatoires aux grandes écoles.

Voici comment sa notice nécrologique (n° 185, p. 236) présente son activité de botaniste :

« Son goût de l’herborisation datait de sa jeunesse religieuse.
Après une année de classe particulièrement chargée, on l’envoya respirer l’air des monts d’Auvergne.
À Clermont-Ferrand, le savant botaniste que fut le Frère Héribaud-Joseph le chargea de cueillir les plantes qu’il désirait, et lui inocula la passion de l’aimable science de la botanique. C’est ainsi que lors du transfert du pensionnat à Froyennes, il procura à la communauté l’agréable surprise de retrouver en pleine terre, bien alignées et étiquetées toutes les espèces florales qui constituaient le jardin botanique de Passy-Paris. »

À l’Institut Agricole de Beauvais

Sa très vaste culture, son étonnante puissance de travail et ses qualités d’enseignant le font appeler à l’Institut agricole de Beauvais où il enseigne de
1924 à 1937.

« Son habile ingéniosité lui fit réaliser une riche collection de tableaux muraux dessinés au pastel, qui devaient illustrer ses leçons de technologie et de botanique générale et appliquée.

Pour la technologie...

Ce sont des représentations de nombreuses espèces végétales ou bien des schémas presque tous originaux figurant la marche des usines qui traitent les produits agricoles. Maints professeurs de l’enseignement supérieur ont manifesté leur admiration de cette œuvre précieuse.

et la botanique

Une autre partie de son activité fut dépensée à la préparation d’un herbier général des plantes de l’Europe entière. Durant les vacances, son piolet à la main, il parcourait les montagnes du Centre ou les cols des Pyrénées à la recherche de nouveautés végétales. À son retour, ses abondantes cueillettes faisaient l’objet d’études minutieuses, puis d’échanges avec différentes sociétés auxquelles il était affilié.
De longues années durant il collabora avec le regretté Frère Sennen, vice-président de la Société botanique de France et grand spécialiste de la flore espagnole. » (Notice, p. 235).Une planche de vitacées : la vigne

Lui-même avait une certaine notoriété puisqu’il reçut un jour un courrier adressé au « Frère Estival, Europe » : la Poste avait fait merveille !

La collection de planches

Nous présentons ici les “planches” qu’il a réalisées, quand n’existaient encore ni diapos, ni Powerpoint.

La collection compte 152 planches.

Le support du dessin est un papier fort, genre papier Canson presque noir ; le dessin au pastel sec est fixé ensuite par un fixateur à base de bière. Le dessin tient, même si on passe le doigt dessus. Les planches ont été beaucoup manipulées : si le dessin avait été à la craie,comme certains l’avaient supposé sans preuve, il aurait été au moins en partie effacé.

Chaque planche est suspendue à une règlette plate en bois sur laquelle est notée une référence. Cette règlette comporte 2 encoches aux extrémités. Il ne restait plus qu’à l'accrocher à 2 pitons au-dessus du tableau.

Références sur la réglette supérieure

Leurs dimensions sont régulières :
- la feuille de papier fait 112 cm de hauteur et 90 de large ;
- la réglette supérieure, 97 cm de large, 3 cm de hauteur et 0,5 cm d'épaisseur.
- la réglette inférieure est en carton épais et ajustée à la largeur de la planche

Des planches pédagogiques de grande qualité

La signatue et la date d'une planche

Chaque planche est signée et datée (en moyenne 1932), ce qui renforce leur intérêt en matière d'histoire de la pédagogie, sinon de l’éducation. Le Frère Estival devait arriver en amphi avec les quelques planches se rapportant au cours prévu, roulées sous le bras et ce n’est pas le moindre de leur avantage pratique. A-t-il tout réalisé seul ou s’est-il fait aider par tel confrère ou tel étudiant assez artiste ? C’est possible mais il y a une grande homogénéité d’écriture dans l’ensemble des planches.

Pour le Frère Estival, l’objet premier de ses planches était à visée pédagogique. Leur intérêt et nette supériorité par rapport aux photos si bonnes soient-elles, est d’ajouter à la vue d’ensemble de la plante, et sur une même planche, les détails de sa fleur, de son fruit, de sa graine, alors qu’une photo n’est prise qu’à un stade et à une saison donnés. Ensuite, s’ajoutent un intérêt scientifique et artistique car, pour le moins, il avait “une bonne patte” !

Encore utilisées, mais avec d'autres supports

C’est que ces planches ont beaucoup servi à Beauvais, après le retour du Frère Estival à Froyennes en 1937.

L’évolution des techniques permettra un jour de les photographier, d'abord en photos argentiques (diapositives) puis en numériques. Ainsi, un pépiniériste, père d’un élève du Lycée agricole de Thillois, près de Reims, a photographié l’ensemble des planches, ce qui a permis leur présentation par vidéo à différentes associations locales intéressées par le sujet, genre “Familles rurales”, “Société d'étude et des Sciences naturelles”.

Conservation aux Archives lasalliennes

Finalement, ces planches ont été déposées aux Archives lasalliennes de Lyon. Elles sont conservées à plat pour éviter le déchirement à la fixation sur la réglette et sont disposées dans un meuble réalisé spécialement. Une douzaine de planches sont positionnées sur chaque étagère avec un petit décalage qui évite la superposition de toutes les réglettes. De plus, chaque planche est protégée par une feuille de papier de soie qui la couvre entièrement.

Toutes les planches ont été photographiées en haute résolution. Les images du diaporama ci-dessous sont extraites de ce fonds photographique

puce bleue Si vous souhaitez admirer une dizaine de planches, et des détails.

puce bleue   Pour retrouver les documents du mois déjà publiés.